Etes vous sûr de votre moitié?....

Publié le par Mme Patch

Douglas-Kennedy---Une-relation-dangereuse.jpg Une relation dangereuse de Douglas Kennedy

Comment peut-on être sûr de connaître vraiment quelqu’un ? C’est la question que Sally ne va cesser de se poser pendant de longs mois...Mais commençons par le début...
En mission au Moyen-Orient pour son travail, Sally, journaliste de son état rencontre Tony, journaliste lui aussi...c’est le coup de foudre, ils ne se quittent plus....ces deux carriéristes de près de quarante ans ne se sont jamais vraiment poser la question de la stabilité de couple, ni encore moins de celle du mariage, cependant, ils vont y être confrontés plus tôt qu’ils ne le pensaient...
En effet, Sally va tomber enceinte et va alors se poser le choix fatidique…ils ne se connaissent pas depuis longtemps mais n’ont pas envie de se quitter, et malgré toutes les restrictions et les concessions qu’ils vont être obligés de faire, ils décident de garder l’enfant, de s’installer à Londres où Tony a obtenu un poste dans un bureau, et de se marier....
Tout se déroule rapidement mais ils nagent tous les deux dans un bonheur nouveau et apprennent à supporter ce rythme de vie tranquille auquel ils n’étaient pas habitués....
Cependant, alors qu’un équilibre fragile semble s’être installé, Sally commence à avoir des soucis de santé dus à sa grossesse....ce qui ne paraissent d’abord que des démangeaisons mineures s’avèrent vite être en fait de l’hypertension…calme et tranquillité devront être les maîtres mots des mois jusqu’à l’accouchement....Sally sera obligée de cesser son activité professionnelle...Les longs mois qui vont suivre, vont voir la tension augmenter au sein de ce couple, car si l’inactivité rend Sally quelque peu acariâtre, elle a également beaucoup de mal à s’habituer à l’état d’esprit anglais...Sally, elle, est américaine. Pendant les huit mois qui précèderont son accouchement elle n’arrivera pas à se faire d’amis et s’enfoncera doucement dans un état de déprime...
Cet état se dégradera encore davantage suite à son accouchement difficile, une césarienne d’urgence avec anesthésie complète, car son fils a le cordon ombilical autour du cou...Suivront de longues semaines de doutes, d’incertitude quant à la complète santé mentale de Jack, le fils de Sally et de Tony...des incertitudes que Sally aura tendance à exagérer, elle n’arrivera plus à discerner la réalité de ce qu’elle s’imagine, elle deviendra agressive et tiendra des propos plus que déplacés, elle ne ressentira aucun amour pour son fils...elle est en train de sombrer dans une dépression post-natale, suite à son accouchement plus que traumatisant sur le plan psychologique...Son déni face à on état ne l’aidera pas et elle finira par tomber encore plus bas, elle allaitera son bébé après avoir pris des somnifères...mais même si son enfant sera rapidement hors de danger, Sally ne se pardonnera pas et sombrera encore plus jusqu’à plonger dans un mutisme qui la conduira dans un service psychiatrique...Si Sally parviendra à s’en sortir, elle ne pourra jamais se douter de ce qui l’attendra, car après tous les évènements qu’elle viendra de traverser, elle ne pourra imaginer sombrer encore plus, c’est pourtant ce qui va se passer....
En lisant le quatrième de couverture, je ne m’attendais pas du tout à ce genre de roman, tout commence très subtilement, très légèrement, un coup de foudre, deux personnes qui s’aiment et qui se découvrent, et d’un coup, tout s’obscurcit...mais à un point qu’on arrive même pas à concevoir, car le plus gros se trouve encore après le petit résumé que je viens de vous faire, et vous le concevez bien, j’imagine, c’est déjà pas mal pour un début catastrophique !
Il y a cependant un autre sujet sous-jacent à cette histoire, c’est la récurrente comparaison entre la façon de penser à l’américaine et à l’anglaise....les personnages y sont sans cesse confrontés et l’auteur américain en profite un peu pour se décharger de ses rancœurs anglaises me semble-t-il...
Quoiqu’il en soit j’ai vraiment dévoré ce livre, car si le début commence très calmement, le récit ne va cesser de monter en crescendo, jusqu’à la dernière page, même si l’on pense que le pire est passé...
Petite précision, les ‘mamans’ seront, comme moi, certainement d’autant plus révoltées et touchées par ce roman…lisez-le, vous comprendrez.....
Les avis d'Allie, Hélène, Maxi, et pour finir celui de Caroline....
                 Mme patch ;o )
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Effectivement ce livre de Douglas Kennedy est excellent !!! à vrai dire tous ses livres sont plus que lisibles ... courrez les acheter si ce n'est pas encore fait :-)
Répondre
M
Pour l'instant je n'en possède qu'un deuxième mais si cette lecture me plaît autant que la première, je n'hésiterai pas ;o))
L
Je suis justement en train de lire ce livre ! Mon avis arrivera sous peu... ;-)
Répondre
M
Je l'attends avec impatience ;o)
C
La comparaison entre les mentalités anglaise et américaine est en effet un des aspects très intéressants du livre.
Répondre
M
Intéressant de les découvrir, parce que je ne les connaissais pas ;o)
B
J'ai lu ce roman. J'ai aimé mais le problème c'est qu'avec Douglas Kenedy on en lit un, deux puis ...trois et on se lasse.
Répondre
M
Bah je vais essayer ma foi et on verra bien ;o)
E
Bonjour Patch!<br /> Je n'ai pas lu ce bouquin encore, mais je l'ai vu dans de nombreuses mains de jeunes femmes d'environ 30 ans dans le métro!<br /> Et j'avoue que je ne suis jamais allé jusqu'à la 4ème de couverture. Comme le dit Maxi, ça ressemble à un livre d'aéroport, rien qu'à la couverture!<br /> Mais ton commentaire m'a donné envie d'essayer. Et les commentaires négatifs proposés, bien sûr, appuient ma première opinion, complètement basée sur un a priori!<br /> Alors finalement, il viendra peut-être dans la tonne de romans que je risque d'acheter d'ici la semaine prochaine!<br /> Et si je suis d'accord avec toi, il aura la place dans mon blog aussi :-)
Répondre
M
Euh...c'est Mme...mais c'est pas grave c'est pareil...En ce qui concerne le livre, j'avoue que je trouve le titre peu engageant ainsi que la couverture, mais je te promets que ça vaut le coup d'essayer...et je ne suis pas du genre à lire des livres d'aéroport ( enfin, je crois ;o))