Désillusion….

Publié le par Patch

Christine-Arnothy---J-ai-quinze-ans-et-je-ne-veux-pas-mourir.jpgJ'ai quinze ans et je ne veux pas mourir de Christine Arnothy

Nous sommes à Budapest en Hongrie. La ville n’est plus que ruine. Les combats qui opposent les Allemands aux Russes dévastent tout. Réfugié dans les caves, les habitants tentent de survivre et de faire face aux déluges de feu qui s’abattent sur eux nuit et jour. Malgré la pénurie d’eau, de nourriture, celle des médicaments, l’espoir renaît de voir s’achever bientôt une guerre qui fera fuir l’occupant, une vie qui pourra reprendre son cours normal avec l’arrivée de l’armée rouge…
Mais les libérateurs deviendront bien vite à leur tour les nouveaux tortionnaires….
A bout de force, vivant dans la peur constante des nouveaux dirigeants, les parents de Christine décideront de quitter définitivement leur pays. De train en train, de contrôle en contrôle, d’hôtel en hôtel, leur fuite les mènera en Autriche, à Kufstein dans un camp de réfugié…
Mais Christine qui à 20 ans, à d’autres ambitions que ces baraques en bois, ou le froid et l’odeur de pourriture se mêlent à la promiscuité imposée des voisins. Cette jeune fille à la fleur de l’âge veut être écrivain, et rêve de Paris, la France…Le pays de tous les espoirs….
Mais là encore, arrivant dans la capitale comme nurse, les désillusions seront grande et bien vite elle devra s’apercevoir que dans ces temps difficiles « Il n’est pas si facile de vivre »….
                       

Témoignage situé entre " Le journal d’Anne Franck " et "L’incendie de Berlin" d’Helga Schneider, ce livre retrace la triste histoire de Christine Arnothy. Si là s’arrête la comparaison avec d’autres, c’est parce-que l’on s’aperçoit bien vite qu’au travers de son récit, par des mots simples, à elle, chaque histoire est unique. La sienne n’en est pas moins dur. Entre les horreurs vécues, vues, elle nous raconte comment d’enfant elle est passé à l’âge adulte sans jamais avoir eu l’impression de connaître un entre les deux. Comment parti d’un rêve elle s’est retrouvé à affronter une réalité sans cesse plus douloureuse, une vie toujours plus pénible, mais a toujours su faire face et garder l’espoir d’accomplir son but….Ecrire un livre, son livre…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nathalie 30/10/2007 21:14

A livre à connaître et à lire ... Bises

Emeraude 24/10/2007 19:41

je l'ai lu aussi il y a quelques années et j'en garde un souvenir d'horreur, de caves sombres, de manque de nourriture, de ruines, de viol même peut être ?En tout cas, malgré toutes ces horreurs, j'avais aimé

Patch 24/10/2007 22:04

Il est clair que même avec la plus grande des volontés, essayer de s'imaginer ce qu'a pu être ces conditions de vie me paraît difficile....mais malgré cela, souvent le témoignage est assez fort pour que l'on mesure l'horreur que cela a du être à vivre....

Anne 24/10/2007 16:16

Moi aussi, je l'ai lu ado. Mais contrairement à Jo Ann, je n'en garde aucun souvenir.

Patch 24/10/2007 16:56

Pourquoi? tu n'as pas aimé?

Jo Ann v. 24/10/2007 15:52

Je l'ai lu il y a très très longtemps et il m'avait marqué. Je ne le lirai sans doute pas (plus), mais je l'ai offert à ma soeur.

Patch 24/10/2007 16:55

En effet, d'après ce que j'ai pu voir, beaucoup l'ont lu il y a déjà longtemps, à ce qu' on m'a dit, c'est un livre qui était étudié en classe....Bon ben, j'aurais au moins rattrapé mon retard..;o )