Résilience....

Publié le par Patch

En feuilletant quelques blogs ce matin, je suis tombé sur un billet, sur le blog de Livrovore, qui a retenu mon attention. Un billet qui parlait d’un livre qui sort de la norme par le sujet traité. La Résilience. Je ne pensais pas vous parler de ce genre de lecture, qui sont un peu mes lectures secrètes, que je ne partage pas avec tout le monde, étant donné que même si elles sont destinées à tout publique, le sujet sera mieux compris par une catégorie de personnes que je nommerais par les "Bossus de la vie"…..L’auteur appelle plutôt ce genre de personnes des traumatisés. Oui, bon, au final, il y a eu choc plus où moins important, et la capacité de chacun à retrouver une vie présente et future, normale, suite à un passé douloureux n’est pas forcément la même. Se sortir du statut de victime pour paraître auteur de sa vie et construire quelque chose de potable dans l’avenir, sans en reproduire les méfaits vécus n’est pas toujours une mince affaire pour tout le monde. D’où l’intérêt à un moment donné, de mettre sa fierté de côté et de tendre la main…..Chose pas évidente du tout je vous assure….Et vu ce que coûte un psy de nos jours, on a plutôt tendance à se débrouiller tout seul (tout le monde n’a pas la bourse appropriée), ce qui n’est pas la meilleur des solutions non plus. Alors il reste les livres…Mais pas n’importe lesquels, car dans le domaine il y en a qui sont un poil lourd à absorber, à comprendre (parfois ces messieurs ont tendance à oublier qu’ils s’adressent à un panel de lecteur qui n’ont pas toujours de longues années de médecine à leurs actifs)…Dommage, poubelle…Et puis il y a ceux qui ont un vécu, qui savent de quoi ils parlent, qui ont l’exemple dans la poche et même armés de diplômes, savent se faire comprendre avec un langage courant et à la portée de tous….Boris Cyrulnik est de ceux là.
" Boris Cyrulnik a six ans lorsque ses parents sont arrêtés à Bordeaux en 1942 et déportés. Orphelin, il est recueilli par Marguerite, une institutrice qui recevra la Médaille des Justes en 1997. Échappant lui-même de peu en 1944 à un sort tragique, il interroge la nature et la nature de l'homme. À quatorze ans, il découvre l'éthologie en lisant Henri Fabre et poursuit ensuite des études de médecine. Curieux de tout, il refuse toute spécialisation et s'intéresse autant au comportement animal qu'à la neurologie et la psychologie."
"Il développe alors le concept de la résilience. Issue de la métallurgie, elle désigne la qualité matériaux à reprendre leur forme initiale après différents chocs et pressions. Désormais appliquées aux sciences psychologiques, elle est cette aptitude des individus à vaincre leurs traumatismes."(source medisite.fr)
Voilà en gros qui est Boris Cyrulnik et ce à quoi il travaille aujourd’hui. Directeur d’enseignement de la clinique de l’attachement de Toulon, il préside également l’Observatoire international de la Résilience. Il a publié aux éditions Odile Jacob plusieurs livres (que je n’ai pas tous lu, 3 à ce jour), et qui m’ont permis d’ouvrir les yeux sur un autre horizon, de comprendre le pourquoi du comment. Et que surtout, si je n’étais pas le responsable de cette enfance qui m’a été donné de vivre, je n’été pas condamné non plus à suivre le déroulement logique de la souffrance perpétuelle….Qu’il y avait moyen de vivre autre chose et autrement….Que le bonheur, même s’il n’est pas un dû, est à la portée de tous….Je vais arrêter de vous bassiner en vous citant une très jolie phrase issue du livre d’aujourd’hui et qui parle d’elle-même….
« Il n’est pas fou de vouloir vivre et d’entendre au fond du gouffre un léger souffle qui murmure que nous attend, comme un soleil impensable, le bonheur. »
Parler d'amour au bord du gouffre de Boris Cyrulnik
Ceux qui surmontent un traumatisme éprouvent souvent une impression de sursis qui démultiplie le goût du bonheur et le plaisir de vivre ce qui reste encore possible.
Olga a subi une blessure physique et psychique grave à l'âge de 18 ans. Elle a tout juste commencé de vivre que déjà il lui faut apprendre une autre manière d'être au monde. En puisant dans ses ressources intellectuelles et physiques, elle a utilisé ce que son entourage lui proposait afin de devenir une autre.
L'homme qu'elle a épousé a conjugué sa manière d'aimer avec cette femme particulière. Et l'enfant qui naîtra de cette union devra s'attacher à ces parents singuliers dont il recevra un héritage psychique hors du commun.
Dans cet essai vibrant sur le bonheur, Boris Cyrulnik démontre que même ceux qui ont de graves blessures affectives peuvent les transformer en grand bonheur. Il veut montrer comment on s'engage dans le couple avec son histoire et son style affectif, ses blessures et ses victoires. Et comment on transmet aux enfants une énigme qui invite à l'étrangeté et à la créativité.(4éme de couverture Ed. Odile Jacob)
Mon avis
Un grand moment plein d'espoir....
Egalement l'avis de Gambadou....
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
je connais aussi cet auteur, j'ai lu pas mal d'articles, puis, les nourritures affectives, et , bien sûr, parler d'amour au bord du gouffre. ce concept de résilience est très beau et fait du bien à beaucoup. Dans le bruit médiatique ambiant autour des victimes "promptes" à reproduire les violences subies, ce livre est salvateur.
Répondre
P
Oui, tout à fait d'accord Sylvie, mais s'il y a les victimes "promptes" à reproduire un passé vécu et subit , il y a aussi celles qui justement s'attache à ne pas reproduire, c'est aussi et surtout cela que montre Boris Cyrulnik....car beaucoup ont tendance à cataloguer, "tu as subi la violence? tu seras violent" "tu as été violé? tu violeras" " tu as été abandonné? tu abandonneras"...et ainsi beaucoup de victime se retrouve dans la peau d'un coupable avant quoi que ce soit, juger avant l'heure....Ce genre d'agissements peuvent être terrible pour le trauma qui veut s'en sortir, abandonné à lui même car jugé perdu d'avance...Oui, tout à fait salvateur....Je posséde le dernier en date, mais je ne l'ai pas encore lu....;o )
V
Je viens du blog de Gambadou pour parfaire un peu plus ma “culture” concernant  Boris Cyrulnik. J’ai déjà eu l’occasion de lire déjà de très nombreux articles qu’il a écrits dans des revues spécialisées, et à lire maintenant ce que tu en dis (si bien) j’ai très envie de me lancer dans un de ses bouquins. Je vais juste attendre un peu que la soif de lecture me revienne vraiment car comme je me sens un peu en panne, je ne suis pas sûre que ce soit ce genre de bouquin qui réenclenche mon appétence. En tout cas, j'ai pris bonne note.
Répondre
P
Il est certain que tu ne vas pas lire ce genre de livres avec la légereté de certains romans, mais ce n'est pas non plus le genre pompeux interminable qui t'alourdit les paupières et qui fait office de somnifère ou même qui te fais croire que d'un coup t'es bien plus nul en culture générale que tu ne le croyais...;o ))Non,bien au contraire, les explications sont claires et tu te surprends à ne pas ouvrir le dico' à chaque ligne, à avaler les pages car tu veux savoir, comprendre ce qui en fait, d'un coup, t'apparaîts être comme couler de source....A part le premier, qui de mes souvenirs était un poil plus compliqué que les autres, mais tout aussi interessant, je me suis surpris dans cette lecture, moi qui n'aime pas refléchir...;o ))Non franchement, ils sont à lire.....
G
Justement, Boris Cyrulnik passe dans notre ville samedi pour une conférence. Le thème n'est pas la résilience mais sur son dernier livre "de chair et d'âme," qui vient de sortir....<br /> J'en saurait plus ce WE et ferait un billet dessus.<br /> Dans cette attente ......
Répondre
P
Coucou Gambadou ;o )<br /> Arf, chanceux, je l'ai loupé de peu l'année dernière sur un salon du livre à St-Louis (limite suisse), quand tu dis "notre", tu parles pour nous deux? .....Tu me fais signe dès que ton billet est en ligne(quoique je passe régulèrement)....Merci pour l'info'...;o )
F
Il traite d'un sujet qui m'intéresse, et ton billet émouvant fait sentir l'espoir que l'on peut trouver dans cet essai. ;-)
Répondre
P
Coucou florinette ;o ))<br /> Je conseille ce genre de lecture à tous ceux qui ont la certitude que la souffrance n'est pas une fin en soi....Mais rien qu'un nuage que l'on peut souffler avec force et persévérance....;o )
L
Du coup j'ai rajouté un lien dans mon article vers le tien, comme ça on se complète ;-)
Répondre
P
Merci Livrovore....Honoré je suis ;o )) En même temps je suis pas un gros spécialiste, simplement que j'ai un peu lu sur le sujet et que cela m'a beaucoup aidé, alors si je peux le conseiller....Je n'ai pas lu son dernier, celui de ton billet.....Mais je vais le faire,c'est sur....;o )