Christian Signol

Publié le par Patch :0055:

L'enfant des terres blondes de Christian Signol

A Saint-Martial, on l'avait baptisée "Idéïoune", celle qui a de drôles d'idées. Elle, c'est Aurore, la mère de Vincent, écolier de dix ans né de père inconnu. Enfant trop vite mûri qui passe sa vie à défendre sa mère contre les moqueries des enfants et des adultes, contre elle-même parfois, aussi. Quand il a le temps, entre l'école et les travaux de la ferme, Vincent cherche à percer le secret qui entoure sa naissance. Mais au village, personne n'ose évoquer les temps maudits de la guerre. Il faudra la terrible insulte d'un enfant, pendant une récréation, pour que le drame éclate et que les langues se dénouent, offrant enfin à Vincent et à sa mère une paix chèrement acquise. (4ème de couverture Ed. Pocket)

 

Christian Signol nous offre à travers ce livre, une histoire d'une grande tristesse, profonde et émouvante. Toujours d'une grande poésie, il sait avec l’aisance qui est la sienne, nous faire partager ses récits avec émotions. De la force des sentiments à la sincérité qui émane de son texte, le lire ne peut être que plaisir….

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Ok, Patch ... J'attends donc ton avis avec impatience ! Bises
Répondre
P
Euh ce sera pas pour tout de suite, je ne posséde pas encore le livre...;o )
N
Livre triste mais quel talent d'écriture quand même !!! Un vrai régal, trop vite lu, à mon goût (3 jours ...). En lisant, ce roman de C. Signol, j'ai eu de cesse de rêver, et j'ai vécu en pleine nature : les champs et leurs odeurs, quel régal ! Moi aussi, j'ai eu très chaud au cours de l'été du livre et puis très froid aussi pendant l'hiver du livre, mais j'ai savouré ce livre avec autant de force que j'ai pu ... A la fin, j'ai versé ma petite larme sur le dernier paragraphe de ce très beau roman et je me suis dit "Ca y est, je l'ai déjà finis ... !!!!" Vive le prochain C. Signol qui est " Antonin, paysan du Causse" que j'ai acheté selon ton avis Patch. Merci pour cet lecture et donc pour la suivante aussi ... Bisous 
Répondre
P
De rien Nathalie, c'est un plaisir que de partager cet auteur......"Antonin, paysan du Causse" est dans le même style, un très beau roman....j'attends la sortie du dernier en poche (Les dames de la Ferrières) pour me replonger dans son univers....;o )
S
Je ne connaissais pas ce livre de Christian Signol mais ça me donne envie de le lire, d'après ce que tu en écris, et je suis sûre que cet auteur là ne saura pas me décevoir. <br /> Quant à ton commentaire précédent, je suis contente de savoir que nous sommes sur la même longueur d'onde...(même si je le savais déjà... hi hi hi).
Répondre
P
Si tu aimes l’univers que recrée Christian Signol, tu ne regretteras pas cette lecture, même si je dois dire qu’il est particulièrement triste….Emouvant, et profond….Quand à mon commentaire précédent, je pense qu’il faut avoir un minimum la « fibre campagnarde » pour ressentir ce qu’essaye de retranscrire Signol dans ses livres, aimer la nature, la sentir, la toucher, la vivre, aimer voir ses couleurs réapparaître au printemps, aimer fureter dans les sous-bois pour y dénicher, champignons, baies sauvages, ou simplement espérer voir un peu de gibier…Je ne pourrais pas vivre en ville, je serais malheureux, j’en conviens que ça peut avoir un côté pratique avec le tout à proximité moi qui suis loin de tout, (la première ville est à 20 kms), mais j’aime la tranquillité des forêts qui m’entourent, le silence qui va avec, le côté convivial du petit village que j’habite même si le mentalités ont bien changées…..;o )) Oui nous sommes bien sur la même longueur d'onde je crois...
P
j'ai lu les chênes d'or et la promesse des sources de C. Signol, ce coté terroir m'ennuit un peu, trop proche de la réalité campargnarde qui a bercé mon enfance.
Répondre
P
Etant moi même un inconditionnel du monde rural, (j'ai tendance à fuir la ville comme la peste...;o )) ), je ne peux que aimer me baigner dans cette ambiance, cette vie d'autrefois avec ses métiers disparus, ses odeurs, cette façon de vivre ou seul l'essentiel primait, ou le sourire et l'invitation facile existait encore.....En fait, même si la vie était nettement plus dure qu'aujourd'hui, j'aurais aimé connaître ces époques...;o )