Une enfance algérienne...

Publié le par Patch

 (7ème livre du challenge ABC lettre "Y")

L'écrivain de Yasmina Khadra

Dans ce livre l’auteur nous entraîne dans ce qui a été son enfance. Entre souvenirs douloureux, choix à faire, ses goûts pour la littérature et le théâtre, Mohammed Moulessehoul,  nous raconte l’avant Yasmina Khadra.

Nous sommes en 1964. A Oran. Son père, qui est officier dans l’armée algérienne, a pour ce fils de très hautes ambitions. Mohammed sera officier, comme lui. Et c’est ainsi que, à même pas dix ans, celui qu’il considère comme son idole, le fera rentrer dans cette école militaire d’El Mechouar. Accompagné de son cousin Kader, il fera dans cette institution cernée de hautes murailles, ses débuts « d’homme » parmi les recrues de l’ENCR, école nationale des cadets de la révolution. Là, il percevra sa tunique vert bouteille, son béret, ses pataugas, pour devenir le matricule 129. Il va apprendre ce qu’est la vie, loin des siens, la discipline, la dure loi de la collectivité. Ici pas de régime particulier, quelque soit le niveau social, tout le monde est logé à la même enseigne. Mélangés aux orphelins de guerre, à ces traumatisés de la violence, il devra apprendre à marcher au pas. Oubliés les douceurs d’une famille unie, d’une mère protectrice...

Excellente recrue, élève brillant, il se passionnera pour la littérature et se découvrira un don pour l’écriture. Auteur d’une pièce de théâtre, il écrira pour un journal, et fera ses premiers pas comme écrivain sur ses feuilles de dissertation...

Mais dans un pays où la parole est surveillée, où la censure veille, il apprendra à ses dépens qu’il est des choix difficiles à faire. Entre le métier des armes qui fait la fierté des siens et celui de la plume auquel il aspire, il est des dilemmes bien difficiles à résoudre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Pour découvrir cet auteur, "L'attentat" me tente beaucoup plus...
Répondre
P
Ben disons que le sujet est certainement moins passionnant que "L'attentat", mais étant un fan je ne pouvais ne pas le lire....Il est interesant pour le fan que je suis dans le sens où il explique ses débuts, son hisitoire qui a fait ce qu'il est à ce jour...maintenant il est clair que pour une première approche, je te conseille également de débuter par "L'attentat". Le sujet est passionnant, d'actualité, il est moins "gore" que certains autres de ces romans, l'approche pour un premier, disons, ce fera plus en douceur, mais tout aussi passionné et profond, il t'entraîne, loin dans ses propos....Mme patch a eu du mal pour en ouvrir un, et sur mon insistance elle a ouvert "L'attentat" pour ne plus le lâcher...finalement on peut dire que de cet auteur, une fois lu, tu ne peux rester indifférend...Et si vraiment tu as aimée et que l'idée d'en ouvrir un deuxième t'effleure l'esprit, pourquoi pas "les sirènes de Bagdad"...après, ma foi...on verra (comme je m'emballe tout de suite....) ;o ))<br /> Pour finir, ce que j'admire avant tout dans cet auteur, c'est sa façon d'écrire...sa facilité d'utiliser le verbe, la langue française et pour lui une source dont il s'abreuve sans limite, et cette façon de jouer avec les mots et carrément époustouflante...(enfin pour moi, là je m'emballe à nouveau!!)...mais ce que je décris là, et à mon sens plus visible dans "L'imposture des mots" qui parle de son exil et "L'écrivain". Dans ces deux livres, il se laisse aller d'une façon, c'est carrément le pied à lire, (même si je n'ai pas trop aimé "Limposture des mots", celui que je préfère le moins en fait), il est carrément génial à lire, juste pour les yeux....bon les autres sont aussi très bien à lire...;o)) (je me calme parce-que sinon....)<br /> enfin voilà Anne, je suis fan et triste parce-que plus un seul livre à lire de cette auteur....va falloir que je patiente son prochain roman....
A
Même si ce livre a été bien accueilli par la critique et le public, ça n'est pas, à mon sens, le meilleur livre de Khadra, mais à coup sûr, son plus nécessaire,  celui qui donne indubitablement des "clés"... Moi-même je l'ai lu mais je n'ai pas souhaité en faire un commentaire. Je trouve que c'est bien que tu le fasses.
Répondre
P
D'accord avec toi Amazone. Tu as un peu l'impression de faire plus amples connaissance avec lui, sans être voyeur, tu comprends le pourquoi du comment..."L'imposture des mots" parle de son exil, ici, son enfance, ses débuts d'écrivain...deux livres que j'ai aimé pour ce qu'ils sont...un peu comme des confidences, qu'il nous ferait à nous ses lecteurs....<br /> par contre, je retiendrais de ce livre, cette façon qu'il a d'écrire, il joue avec les mots, le verbe, c'est....je sais pas....ça a l'air tellement simple, je dirais de lui que la plume est un prolongement naturel de son être....de son bras...<br /> merci à toi Amazone..;o )